Posted in ❥ La salle des maitres

Vacances, je vous aime

Priscilla, 29 ans. Éternelle insatisfaite passionnée par tout ce que je fais.
Vacances, je vous aime Posted on 6 mars 20192 Comments
Priscilla, 29 ans. Éternelle insatisfaite passionnée par tout ce que je fais.

Hi,

Vacances, je vous aime

Aujourd’hui je viens te parler d’un sujet qui nous touche tous dans notre métier : les vacances.

Pourquoi je les aime tant ?

En tant que maman. De mon côté, je les aime tout particulièrement car c’est un moment pendant lequel je m’occupe de mes enfants et pas ceux des autres. Je trouve que c’est un réel privilège et que ça permet d’arrêter le temps quelques jours en me consacrant totalement à elles. C’est totalement ressourçant pour tout le monde.

Elles aiment beaucoup passer du temps ensemble et pendant les vacances elles usent et abusent de ce temps, pour mon plus grand bonheur.

Maintenant qu’elles sont un peu plus grandes, ce temps est beaucoup moins épuisant. Il y a encore un an, je ne tenais pas ce discours. Elles avaient 3 ans et 1an et demi et je recommençais la nouvelle période encore plus épuisée qu’à la fin de la précédente.

Nous ne partons pas systématiquement en vacances mais lorsque c’est possible ça nous fait grand bien. Une déconnexion, un dépaysement avant de replonger dans le rush du quotidien.

En tant que professeur des écoles. Sur ces vacances, j’essaie d’utiliser maximum 3 jours pour travailler à fond pour la nouvelle période. Ainsi, je suis beaucoup plus sereine pendant celle-ci sachant ce que je vais faire. Semaine après semaine dans mes 3 classes différentes (poste fractionné oblige).

Pendant les grandes vacances dernières, j’avais travaillé environ 1 semaine complète pour préparer toutes mes progs de l’année. Ainsi, à chaque vacance je vérifie ce qui a déjà été fait et je planifie ce qu’il reste à faire pour la période suivante. Ce gros travail de l’été permet clairement d’alléger le reste de l’année.

N’ayant pas ma classe, je n’avais pas besoin de faire des aller-retours dans ma nouvelle école, ni de penser aux commandes de fournitures et autres réjouissances qu’ont les titulaires de leur classe.

Mon avis serait sûrement autre sur un poste différent.

Sur un poste fractionné, les matières que j’ai sont totalement balisées et je m’y cantonne. Ainsi, je n’ai pas tous les « à côté », comme la gestion de la classe, le plan de classe, le mobilier à bouger, des parents à appeler ou à recevoir. Peut être m’organiserai-je autrement lorsque ce sera le cas.

Comment s’organiser ?

Chacun doit trouver l’organisation qui lui correspond afin d’être le plus efficace possible.

De mon côté, à la fin de période je me dis à chaque fois « aller, je m’y mets tout de suite comme ça je peux souffler après » mais en réalité… ça ne se passe JAMAIS comme ça !

Dès que le glas des vacances retentit, la seule chose que j’ai envie de faire c’est une vraie grande pause. D’abord, couper totalement avec l’école. Et c’est souvent en milieu ou fin de deuxième semaine que l’envie revient et que je travaille de manière rapide et efficace.

Depuis que je connais mon fonctionnement, je me fais totalement confiance. Avant, ça aurait pu me stresser de ne pas travailler plus tôt, d’attendre la dernière minute… Mais maintenant, je me rends clairement compte que si je commence à travailler avant, sans cette motivation et ce déclic, je vais mettre le double du temps pour la même tâche.

Alors je m’écoute, je fais ce qui me donne envie sur le moment et travaille lorsque je le ressens. Et tout se passe très bien !

Et toi, comment t’organises tu pendant les vacances ?

Priscilla, 29 ans. Éternelle insatisfaite passionnée par tout ce que je fais.

2 comments

  1. Ma fille reste à la crèche toute la première semaine, pendant laquelle je bosse quelques (2 ou 3) heures par jour. Et après je lâche tout. Parce que quand j’ai lâché, je ne peux pas m’y remettre, donc je fais tirer un peu l’effort au début des vacances pour tout oublier la deuxième semaine. Ça me permet d’être vraiment en famille.

  2. Quel plaisir de lire le même mode de fonctionnement que moi… Et oui j’ai arrêté de culpabiliser de travailler les deux derniers jours à fond ou les soirs quand mes enfants sont aux lits.. J’ai accepté que me forcer à travailler la première semaine des vacances alors que je suis à bout et en mode indisponible du cerveau NE Sers à rien à part me stresser alors que j’ai besoin d’un break.. Donc maintenant je gère comme toi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.